"www.sedrop.fr", le site de l'association SEDROP vous présente ses actions bénévoles de dépollution de terrains, retraits de déchets métalliques, recherche d'objets perdus à l'aide de détecteurs de métaux, en accord avec le code du prospecteur.

 logo

www.sedrop.fr

Logo du SEDROP Ile de France

Association SEDROP
Services d'Exploration, Dépollution et Recherche d'Objets Perdus

Adresse :
12 Rue Courte Soupe,
77120 - MAROLLES EN BRIE

Mail  :contact[at]sedrop.fr

LOGO INFO 2010 pm

 

LIENS UTILES :

 

 

Collectif des Loisirs Verts :
http://www.codever.fr/news/conseils.php

Fédération Européenne des Prospecteurs :
http://www.f-e-p.net/

Protection de la coulée verte de la Dhuis : http://sauvons.dhuis.fr/

Commanderie de Coulommiers : http://fr.wikipedia.org/wiki/Commanderie_de_Coulommiers

Histoire du Brie : http://www.unfromage.com/archives/histoire_s__du_brie/index.html

Actualités locales : http://www.lepaysbriard.fr/

Loisirs en Seine et Marne : http://www.tourisme77.fr/

Patrimoine de Seine et Marne : http://fr.topic-topos.com/seine-et-marne

Silhouette d'un détectoriste

Qui est SEDROP ?

L'association SEDROP est un interlocuteur local pour les opérations "SOS Objets Perdus" organisées par la Fédération Européénne des Prospecteurs.

Une équipe de détectoriste après une opération de dépollution d'un champs en jachère

Toute l'équipe des bénévoles de la SEDROP est heureuse de vous rendre service en retrouvant un de vos objets précieux dans votre cave, votre grenier ou votre jardin.

 

Elle intervient aussi auprès des agriculteurs, maraîchers ou pépiniéristes pour retrouver des outils ou des éléments de machines agricoles.

 

SEDROP peut dans certains cas retrouver des bornages ou d'anciennes clôtures ou fondations.

Partant du principe qu'il faut toujours aider son prochain : nous vous permettons de retrouver un objet, et vous nous permettez de pratiquer notre loisir sur de nouveaux terrains.

 

 

Logo de la Fédération Européenne des Prospecteurs
A qui appartient un trésor ?
Affiche locale SOS

Opération nationale "SOS Objets Perdus" sour la tutelle de la F.E.P.

Les épaves terrestres et les objets abandonnés

 

Le prospecteur trouve une multitude d’objets divers. Ce chapitre ne s’applique qu’aux objets perdus ou abandonnés qui ne présentent aucun caractère historique ou archéologique.

Quoi de commun entre une cartouche de chasse jetée à terre et une monnaie perdue sur la plage ?

Ces objets, il faut le savoir, ont tous un statut juridique particulier qui conditionne leur attribution.

N’oubliez pas ce principe fondamental : ce n’est pas parce que vous trouvez un objet, même anodin, que vous en êtes propriétaire aux yeux de la loi. Certaines règles simples doivent être connues. La première concerne la distinction entre l’objet perdu, qu’on appelle une « épave » et l’objet abandonné. Les épaves sont soumises à un régime très particulier en particulier de déclaration.

 

L’objet abandonné, par définition, n’a pas été égaré (à la différence de l’épave) par son propriétaire qui, par cet abandon, a manifesté son intention d’en laisser la propriété au premier occupant. Cet objet (comme une tirette de boisson, une capsule, un plomb...) appartient donc sans délai à la personne qui l’a découvert puisque l’Etat n’exerce aucun droit particulier sur ces objets. Sauf que l’abandon ne se présume pas. Aussi, ce sera au prospecteur, en cas de conflit avec le propriétaire de l’objet, de prouver qu’il avait l’intention d’abandonner.

 A la différence de la chose abandonnée, l’épave (qui peut être maritime, fluviale ou terrestre) est un bien - meuble - (le bien meuble étant tout bien pouvant être déplacé) dont le propriétaire n’a perdu que la possession mais il n’a pas entendu renoncer à son droit de propriété. Juridiquement, le bien perdu appartient donc toujours à son propriétaire initial. Donc, celui qui le trouve n’en devient pas le propriétaire.

 

L’épave terrestre n’est pas nécessairement trouvée à la surface de la terre. Si l’objet est enfoui dans le sable ou la terre, il doit être considéré comme une épave (sauf s’il a été enfoui volontairement et, dans ce cas, ce peut être un trésor). Tout ce qui n’est ni épave maritime ni épave fluviale est une épave terrestre (sur la définition des épaves maritimes et fluviales).

 

On s’aperçoit que les découvertes de prospecteurs sont surtout constituées d’épaves terrestres : ainsi les objets trouvés dans les cours d’eau ni navigables ni flottables sont des épaves terrestres, ou encore les objets trouvés sur les plages (bijoux récents, pièces de monnaie... ), et bien sûr, tous les objets découverts sous ou sur la terre ferme ( sauf l’hypothèse du trésor ).

 

Il est donc primordial de savoir si l’objet que vous venez de trouver a été égaré ou au contraire volontairement abandonné.

Pour le savoir, la méthode est simple : on considère que si la chose trouvée présente quelque valeur, on doit présumer la perte plutôt que l’abandon. Ce qui signifie que l’objet ayant quelque valeur sera qualifié d’épave. Tel est le cas pour les bijoux, les pièces de monnaie, montres, clés, lunettes.... S’agissant d’une présomption de perte, le découvreur peut établir que l’objet a été volontairement abandonné mais cette preuve est difficile à rapporter en la matière. En effet, comment prouver par exemple qu’un bijoux a été abandonné et non perdu ? A l’inverse, les objets qui ne présentent que peu de valeur commerciale sont considérés comme abandonnés (capsules, tirettes, douilles, déchets divers...).

 

Ainsi différenciés, l’épave et l’objet abandonné présentent des régimes très différents d’attribution.

 

L’objet abandonné, qui n’a généralement pas de valeur, appartient immédiatement à la personne l’ayant découvert. Si vous récupérez des plombs, ceux-ci vous appartiennent sans difficulté. Même remarque si vous trouvez des armes qui ont été visiblement abandonnées et non volontairement cachées ou perdues etc...

 

L’épave, donc l’objet perdu, n’appartient pas à son découvreur, bien au contraire, et doit souvent être déclarée. De la réalisation de cette condition, plusieurs conséquences en découlent.

 

La déclaration et l’attribution des épaves terrestres.

 

L’administration, en vertu de ses pouvoirs de police, a été souvent amenée à intervenir dans l’attribution des épaves terrestres, en exigeant soit la simple déclaration soit le dépôt des épaves. Il n’existe pas de loi régissant les objets trouvés mais uniquement des règlements locaux. En effet, la plupart des municipalités ont instauré dans les mairies ou dans les commissariats de police des bureaux des objets trouvés et imposent aux inventeurs l’obligation d’au moins y déclarer leurs trouvailles si ce n’est d’y déposer les objets. Il appartient à chaque prospecteur de se renseigner auprès des mairies (ou des commissariats) afin de savoir si un tel règlement existe et d’en connaître les modalités d’application.

 

Sur le plan juridique, l’inventeur (c’est à dire le découvreur) d’une épave est considérée comme de mauvaise foi. Cette mauvaise foi ne signifie pas que le prospecteur est malhonnêteté mais simplement qu’il ne peut ignorer que l’objet a été perdu par son propriétaire et qu’il ne peut pas se considérer comme le propriétaire.

 

Ainsi, si vous trouvez un objet présentant quelque valeur (montre, bijou etc...) vous n’en n’êtes pas le propriétaire instantanément car vous êtes considéré comme un possesseur de mauvaise foi.

 

Quand vous déclarez l’épave terrestre, deux situations peuvent se présenter : soit le règlement municipal vous oblige à déposer l’objet, soit vous n’êtes tenu qu’à le déclarer. Si vous le laisser en dépôt, il est bien entendu nécessaire d’exiger un reçu en bonne et due forme qui comporte une description de l’objet. A noter que le fait de se voir remettre l’objet un an et un jour après la découverte n’a aucune influence sur la propriété de l’objet. Le découvreur n’en devient pas pour autant propriétaire passé ce délai. Pendant toute la durée légale de possession de l’objet par l’inventeur, le véritable propriétaire a la possibilité de le réclamer sous réserve qu’il apporte la preuve de son droit de propriété sur l’objet. Ceci requiert des signes caractéristiques sur l’objet.

 

Pour devenir réellement propriétaire d’une épave, il faudra attendre... Deux délais existent dans notre droit pour acquérir l’objet par écoulement du temps : 3 ans ou 30 ans. Aujourd’hui, une divergence perdure quant à l’application de l’un ou l’autre de ces délais.

 

- Pour certains auteurs, l’inventeur qui a déclaré l’objet trouvé, conformément à un arrêté municipal, doit être récompensé de son sens civique et devenir propriétaire à l’expiration du délai de trois ans à compter du jour de la perte (comme ce jour n’est pas toujours évident à déterminer, on peut prendre comme point de départ le jour de la déclaration). Au contraire, l’inventeur qui, tenu par le règlement municipal, n’a pas effectué la déclaration ne devient propriétaire qu’au bout de trente ans à compter de son entrée en possession !

 

- Pour une autre partie de la doctrine, l’inventeur ne devient effectivement propriétaire qu’au bout de trente ans qu’il ait effectué la déclaration ou pas.

 

S’il est difficile de se faire une idée précise au sein de cette polémique, une chose doit être retenue : toute épave terrestre trouvée comportant des signes caractéristiques ( blason, nom, date etc... ) permettant sa reconnaissance et son identification doit être déclarée si un règlement municipal l’exige ( ce qui est très souvent le cas ). Le prospecteur qui n’effectue pas cette démarche encourt des poursuites pour vol. Même en l’absence de tout règlement, l’honnêteté recommande d’effectuer un minimum de démarches pour retrouver le propriétaire d’un objet identifiable. Il suffit de penser au propriétaire malheureux pour qui l’objet perdu représentait une valeur affective pour adopter une attitude civique.

 

Si aucun règlement n’impose une déclaration administrative (ce qui est très rare), l’inventeur ne peut légalement devenir propriétaire qu’au bout de trente ans.

 

Le découvreur peut céder, vendre... l’objet à un tiers alors qu’il n’en est pas le propriétaire. Deux cas sont distingués : si le tiers ne connaît pas l’origine de l’objet  ( c’est à dire qu’il ignore que l’objet a été trouvé ), il est de bonne foi et est protégé par un article du Code civil ( l’article 2279 alinéa 2 du Code civil ) qui n’autorise la revendication par le véritable propriétaire contre lui que pendant trois ans. A l’inverse, si le tiers connaît ( ou ne pouvait ignorer ) l’origine de l’objet, il est de mauvaise foi et le véritable propriétaire peut revendiquer l’objet entre ces mains pendant trente ans. Le prospecteur qui s’est débarrassé de l’objet risque en outre une condamnation à des dommages et intérêts.

 

Dans l’hypothèse où le propriétaire revendiquerait l’objet dans les délais, le découvreur n’est pas privé de toute indemnité. D’une part, la promesse d’une récompense faite publiquement par la personne qui a perdu un objet a force. D’autre part, en l’absence de toute promesse, une indemnité peut être due à l’inventeur pour sa peine et ses frais.

 

Tout ce qui précède ne concerne que le domaine public. Concernant les objets égarés dans un lieu privé non ouverts au public, ils sont réputés appartenir à celui qui habite les lieux. L’habitant des lieux est présumé vis à vis de la loi en être le légitime propriétaire. Le prospecteur ne peut donc réclamer la propriété des objets que s’il a convenu d’un accord avec le propriétaire du terrain. Le plus simple consiste à rédiger un accord écrit préalable réglant la question de l’attribution des objets.

 

Nous restons à votre disposition pour tout complément d'information.

 

Un grand MERCI à Thierry DUBOIS alias Coolman77 pour ses conseils et ses infos.

 

 

depollution groupe

Opération de "déminage" dans un pré, pour retirer tous les objets métalliques qui pourraient blesser les chevaux qui l'occupent.

Autre champ d'action : les aires de jeux (bacs à sable, plages, parcs).

Toutes sortes de déchets finissent dans les aires de jeux des enfants, risquant de les couper, piquer, brûler, intoxiquer, infecter...

De plus ces terrains sont propices à l'enfouissement volontaire ou non d'objets potentiellement dangereux pour les enfants.

Déroulement de l'action de dépollution:

Les terrains à dépolluer seront délimités si besoin est, en parcelle de 5 à 20 m2. Par une équipe de 2 à 6 prospecteurs, munis de pelles américaines, ils  dépollueront grâce à leurs yeux et à l’aide d’un détecteur de métaux en mode "tous métaux" afin de ne rien laisser passer.  

Les terrains seront dépollués sur une profondeur de 30 à 60 centimètres :

- les métaux : fer, plomb, cuivre, aluminium, chrome, zinc…

- les déchets plastiques, verres et autres (visibles à l’œil nu).

Tous les déchets seront triés et répertoriés.

Le résultat de l'action de chacun sera pré immortalisé par une photo.

La totalité des déchets sera réinjectée dans les chaînes de revalorisation, afin qu’ils deviennent de nouveau des matières premières.

Détection en bord de mer - Recherche de bijoux

La détection de loisir est régit par plusieurs textes :

  • Article 1 de la Loi du 27 septembre 1941 portant réglementation des fouilles archéologiques.

Nul ne peut effectuer sur un terrain lui appartenant ou appartenant à autrui des fouilles ou des sondages à l’effet de recherches de monuments ou d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie, sans en avoir au préalable obtenu l’autorisation. La demande d’autorisation doit être adressée au préfet de région, elle indique l’endroit exact, la portée générale et la durée approximative des travaux à entreprendre. Dans les deux mois qui suivent cette demande et après avis de l’organisme scientifique consultatif compétent, le ministre chargé de la Culture ou le préfet de région accorde, s’il y a lieu, l’autorisation de fouilles; il fixe en même temps les prescriptions suivant lesquelles les recherches devront être effectuées.

  • Loi N° 89-900 du 18 décembre 1989 relative à l’utilisation des détecteurs de métaux.

ARTICLE 1 - Nul ne peut utiliser du matériel permettant la détection d’objets métalliques à l’effet de recherches de monuments et d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie, sans avoir, au préalable, obtenu une autorisation administrative délivrée en fonction de la qualification du demandeur ainsi que de la nature et des modalités de la recherche.

ARTICLE 2 - Toute publicité ou notice d’utilisation concernant les détecteurs de métaux doit comporter le rappel de l’interdiction mentionnée à l’article 1er de la présente loi, les sanctions pénales encourues, ainsi que les motifs de cette réglementation.

  • Article 1 du Décret N° 91-787 en date du 19 août 1991 :

L’autorisation d’utiliser du matériel permettant la détection d’objets métalliques, prévue à l’article 1er de la loi du 18 novembre 1989, est accordée, sur demande de l’intéressé, par arrêté du préfet de région dans laquelle est situé le terrain à prospecter. La demande d’autorisation précise l’identité, les compétences et l’expérience de son auteur, ainsi que la localisation, l’objectif scientifique et la durée des prospections à entreprendre. Lorsque les prospections doivent être effectuées sur un terrain n’appartenant pas à l’auteur de la demande, ce dernier doit joindre à son dossier Le consentement écrit du propriétaire du terrain et, s’il y a lieu, celui de tout autre ayant droit. L’arrêté accordant l’autorisation fixe les conditions selon lesquelles les prospections devront être conduites. Lorsque le titulaire d’une autorisation ne respecte pas les prescriptions, le préfet de région prononce le retrait de l’autorisation.

Mentions et informations légales

SEDROP est à Marolles en Brie

Éditeur du site :

SEDROP  – 12 Rue Courte Soupe, 77120 , MAROLLES EN BRIE

Directeur de la Publication :

Michel André MIREBEAU

Hébergement et développement du site :

Société Viaduc, 14 rue Mickaël Faraday, 49070, Beaucouzé

Propriété intellectuelle :

Ce site internet a été conçu via la plateforme creation-site-web.fr, un site de la société SARL VIADUC.

Confidentialité :

Les informations collectées depuis le formulaire de contact sont utilisées uniquement afin de répondre à vos questions.

Championnat de France de Détection